1/4

 

Souvenirs de pionnier

 

L'informatique est une passion née à l'âge de 11 ans, en 1981, avec l'un des tous premiers micro ordinateurs personnels, le ZX 81 de SINCLAIR (1ko de RAM).
 

Passionné par la programmation (Basic, Assembleur, ...), les 10 années qui ont suivi auront été riches en enseignements sur le développement et les projets informatiques en général. Cette passion, c'est aujourd'hui mon métier. 

 

 

Connaître le passé de la micro informatique pour mieux en imaginer le futur.

 

Voyage au coeurs de ma collection personnelle des tous premiers matériels informatiques personnels, de 1970 à la fin des années 90..

     

 

Le récit de l'histoire de la micro informatique des premières années

L'informatique que nous connaissons aujourd'hui était hors de prix et n'avait rien de très fun...

Découvrez la collection personnelle des premiers ordinateurs accessibles pour le grand public.

Exposition

Découvrez en image les expositions de vieux ordinateurs de Microstory

Please reload

L'histoire de la micro informatique

 

Naissance de la micro

 

Le premier microprocesseur est né en 1971. C’est INTEL qui réussit à fabriquer le premier micro processeur, le Modèle 4004. Un successeur est vite annoncé en 1974, le 8080 qui est déjà 20 fois plus rapide que son prédécesseur.

 

On a appelé « micro-ordinateur », ces nouvelles machines qui intégraient ces micro processeurs révolutionnaires.

 

Le premier micro-ordinateur

 

Historiquement, le premier micro-ordinateur commercialisé est le MICRAL, inventé et construit en 1973. Approximativement à la même époque, une société américaine sortit l’ALTAÏR 8800 qui est souvent retenu comme étant le premier micro-ordinateur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les deux cas, ces machines étaient absolument basiques, vendues en kit pour un public d’amateurs passionnés et éclairés. Il s’agissait de machines simplissimes auxquelles il fallait ajouter des extensions coûteuses pour réussir à en faire quelque chose.

 

Dans sa version de base, la machine était pratiquement vide, sans clavier ni écran. Il n’y avait que 256 octets de mémoire (on parle bien ici d’octets, et non de kilo octets).

 

Pourtant, malgré cela, ces machines avaient trouvé leur public ; celui des passionnés qui étaient près à mettre la main dans le cambouis pour en tirer quelque chose. Alors que les fabricants de l’Altaïr ne pensaient en vendre que 400 exemplaires, plus de 4000 furent vendus, et de nombreux concurrents emboîtèrent le pas.

 

La micro informatique était bel et bien lancée !

 

 

Démocratisation

 

Rapidement, le concept du micro-ordinateur pour le grand public a fait des émules.

 

Il y avait un public, et un bon, le meilleur, celui de passionnés inconditionnels ! De nouveaux constructeurs ont fait leur apparition et ont proposé leurs machines de toutes sortes pour répondre à leurs attentes. Enfin, des machines abordables !

 

Tout à coup, les ordinateurs n’étaient plus réservés aux seuls génies du fer à souder, ni aux seuls fortunés. De nouvelles machines proposaient désormais des interfaces pour saisir les instructions (clavier) et des sorties écrans pour voir les résultats des programmes (téléviseur familial). Le tout à un prix très abordable, même pour un jeune. Une véritable révolution.

 

La machine grand public par excellence restera pour tous ceux qui ont vécu cette épopée fantastique (dont je fais partie) les machines SINCLAIR : le ZX 80 dans un premier temps, puis le ZX 81. qui aura une longue carrière malgré ses caractéristiques qui, aujourd'hui, ne font guère rêver : un seul Ko de mémoire vive, sortie écran noir et blanc, pas de graphisme, pas de son, pas de mémoire de masse (brancher un magnétophone).

 

Fabriquants

 

Comme pour toute révolution technique, il y a eu pléthore de constructeurs. Ce fut le cas pour les chemins de fer, pour les automobiles et les avions au début du vingtième siècle. Tous essayaient de se positionner. Tous essayaient de devenir LA référence de la micro informatique.

 

De très nombreuses marques se sont engouffrées dans la brèche de ce nouveau marché, dans l’espoir d’y devenir le leader incontesté. Toutes ces marques ont tenté d’imposer leur technologie, car dans les débuts, la compatibilité n’était pas encore un maître mot.

 

Chaque machine disposait de son propre langage de programme (des versions plus ou moins bonnes du célèbre BASIC), ses propres périphériques (lecteurs de cassette, premières imprimantes matricielles, …). Dans une même marque, certains périphériques n’étaient d’ailleurs pas compatibles d’un modèle à l’autre.

 

Certaines sociétés ont proposé des machines de grandes qualités, avec des innovations majeures. D’autres se sont simplement contenter de surfer sur la vague, en proposant des appareils qui faisaient plutôt honte à leur marque. Les sociétés qui se sont lancées dans l’aventure de l’informatique sont très nombreuses. Certaines ont complètement disparu, les autres ont abandonné le marché. Très peu continuent à ce jour à fabriquer des ordinateurs.

 

Voici un petit jeu. Vous trouverez ci-dessous, la liste quasi exhaustive de tous les noms des sociétés qui ont fabriqué des micro-ordinateurs entre 1973 et 1993. A vous de trouver parmi cette longue liste les sociétés qui continuent à ce jour à en fabriquer !

 

ACT - Acorn - Amstrad - Appolo7 - Apple - Atari - Cambridge computers - Computers - Canon - Casio  - Coleco - Commodore - Dragon - EACA - Elan - Epson - Excelvision - Exidy - Franklin - Grundy - Goldstar - Grid - Hanimex - HP - IMSA - ITTI - Jupiter - Matra Hachette - Mattel - Memotech - Microbee - Micronique  - MITS - MSX  - NEC - Next  - NLS  - Ohio Scientific  - Olivetti - Osborn - Panasonic / national - Philips - R2E - Robotron - Sam - Sanyo - Sega - Sharp - Sinclair - SMT - Sony - Sord - Spectravideo - Tandy - Tangerine - Tatung - Texas Instrument - Thomson - Timex - Tomy - Toshiba - Triumph Adler - Victor - Vtech - Yamaha - Yashica - Yeno

 

Les enfants face à l'histoire de la micro informatique

 

L'histoire de l'informatique étonne les enfants habitudés dès leur naissance aux smartphones et aux tablettes. Découvrir les antiquités de l'informatique les amuse toujours, comme en témoigne cette vidéo d'un enfant de 5 ans (mon fils) découvrant pour la première fois une des pièces de ma collection. En 2015, mon fils a participé à une de mes expositions : il était préposé à la démonstration de chargement de programmes depuis des K7 audio !

L'avènement des PC

 

Le marché des pros

 

Vers la fin des années 80, le compatible PC IBM avait déjà bien envahi le monde professionnel. Bien évidemment, les micro-ordinateurs « grands publics » de l’époque (Thomson TO7, Amstrad CPC, …) n’avaient quasiment aucune chance de s’imposer sur les bureaux des grands managers de nos entreprises.

 

 

Certaines sociétés auraient pourtant bien voulu percer ce marché, et avaient à cette fin développé quelques logiciels. Pour preuve cette publicité en 1984 très surprenante pour le Commodore 64, avec ce grand patron heureux de piloter son entreprise avec sa belle machine de 64 ko de mémoire vive : on y croit !

 

 

Le début de la fin

 

Petit à petit, les PC ont pris la main sur le monde merveilleux des machines de la micro informatique particulière, dont la pluralité faisait le charme.

 

Même moi, pourtant heureux propriétaire d’un COMMODORE AMIGA 500, j’avais commencé à mettre le doigt dans le monde froid des PC au travers de mes études. Je développais en Pascal, en utilisant le désormais mythique TURBO PASCAL de BORLAND.

 

Les petites marques d’ordinateurs se sont éteintes les unes après les autres : Sinclair, Commodore, Atari, … Toutes rêvaient de devenir le standard et IBM les a fusillé sur place. Quelques uns sont toujours là, comme Apple.

 

Cependant, le charme était brisé. Tous les PC se ressemblent sur le plan du logiciel, des performances et même du look. Il n’y avait plus le charme des formes et des couleurs exotiques de ces premiers micro-ordinateurs qui étaient tous différents. 

Encore aujourd’hui, toutes les machines se ressemblent. Seul Apple, le dernier dinosaure de l’époque, parvient encore à faire des machines qui surprennent. Une coïncidence ?

 

L'IBM PC XT : une référence ?

 

La bête n'a pourtant rien de très sexy pour l'époque (on faisait mieux), excepté l'estampille IBM :

 

  • Microprocesseur Intel 8088 à 4.77 Mhz,

  • Mémoire vive de 128 Ko à 640 Ko,

  • Vidéo CGA, Chipset Motorola 6845,

  • un beeper pour le son...

 

... Et un prix à décoiffer (même de nos jours) : 57 000 F 

... ce qui équivaudrait aujourd'hui, en tenant compte de l'inflation sur les vingt ans, à 13 860 euros !!

 

Triste transition

 

Mais quitter une ancienne génération pour une nouvelle pleine de promesses et de progrès pourrait être une consolation. Mais ce ne fut même pas le cas. Avant de retrouver sur les PC à prix abordables, les mêmes performances que celles auxquelles nous étions habitués sur les ATARI ou les COMMODORE, il fallut encore attendre de longues années.

 

En effet, les AMIGA 500, ATARI 1040, COMMODORE 64, et autres nous avaient habitués, pour des prix relativement modestes, à des performances matérielles qui étaient (pour l’époque) très satisfaisantes. Les possibilités sonores étaient souvent surprenantes, ainsi que les qualités graphiques (bonnes résolutions, couleurs, …).

 

Le monde du PC, lui, proposait pour des prix « bas de gamme » dix fois plus cher des machines austères, noir & blanc, ambre ou vert, en mode vidéo Hercule ou CGA. Quant au son, il se résumait à une seule note : bip. De même, les dernières machines de COMMODORE et ATARI nous avaient habitué à des environnements graphiques révolutionnaires, qui n’existaient à l’époque que sur les machines Apple aux prix prohibitifs : environnement graphique, souris, …

 

Sur PC par contre, pendant encore quelques années, c’était le DOS, ou la version WINDOWS 1.0 poussive qui dégoûtait de l’informatique. Quelques années furent nécessaires avant de retrouver sur PC la même qualité que nous avions sur nos « vieilles » machines exotiques, à un prix abordable pour le grand public, et surtout pour le jeune public. Triste transition.

La collection

 

J'ai pu conserver quelques unes des machines que j'ai utilisées dans les années 70 et 80. 
A partir des années 2000, plusieurs amis m'ont confiées leurs propres machines, dans l'espoir que je puisse la préserver ; ils n'avaient pas le coeur des les jeter. C'est ainsi qu'un fil du temps, j'ai pu compléter une collection assez complète de machines, dont voici le catalogue non exhaustif.

 

 

TANDY 200

Un ordinateur portable, en 1984, ce n'était pas si courant. C'est pourtant ce que proposait cette machine portable aux nomades de l'époque.

APPLE II

L'Apple II était la Rolls Royce de la micro informatique personnelle de la fin des années 70 et du début des années 80. La machine fait partie des quelques ordinateurs mythiques du début de la micro informatique.

APPLE MACINTOSH

L'apple Macintosh est très certainement une de mes machines préférées ! Elle est belle, efficace, petite, et son interface graphique est innovante pour l'époque.

APPLE iMAC

En revenant aux commandes d'Apple, Steeve Jobs a du pain sur la planche : l'entreprise est en mauvaise état. Il relance la magie Apple en créant la rupture : voici l'iMac !

TRS 80 - modèle 1

C'est en 1977 que le TRS-80 a été commercialisé par la célèbre marque de la chaîne de magasins d'électroniques Radio Shack aux USA. Gros succès pour cette machine vendue à plus de 10 000 exemplaires.

SINCLAIR ZX81

Sans nul doute, le ZX81 aura été la machine qui aura été à l'origine du plus grand nombre de vocations d'informaticiens. Avec son unique kilo octet de mémoire, la machine n'avait pourtant pas grand chose pour elle !

THOMSON MO5

Modèle milieu de gamme, le MO5 était plus abordable que son ainé le TO7-70. C'était ma troisième machine.

SINCLAIR ZX SPECTRUM

Successeur du ZX 81 , SINCLAIR produit un nouvel ordinateur encore plus performant et prometteur, mais sur une gamme de prix beaucoup plus haute.

AMSTRAD CPC 464

En 1984, Amstrad débarque avec cette première machine proposée en deux versions : couleur et monochrome. Le succès est au rendez-vous pour cette machine qui n'a pourtant pas de performances extraordinaires.

COMMODORE AMIGA

L'Amiga 500 est la version low cost de l'Amiga 1000 qui a révolutionné son temps lors de sa commercialisation, par ses capacités impressionnantes pour l'époque.

COMMODORE 64

Le commodore 64 entre sans conteste dans le cercle restreint des machines de légende. Plus de 20 millions de machines se sont vendues, preuve d'un succès incontestable.

COMMODORE VIC 20

Après le succès du PET, Commodore propose une machine grand public. Ce sera le Commodore VIC 20, machine peu chère et performante pour l'époque.

SHARP PC-1211 et PC-1212

Ces machines méritent bien de la mention de "micro informatique". Et pourtant, ces machines qui ressemblent à de grosses calculatrices sont bien des micro ordinateurs !

THOMSON TO7-70

Le TO7-70 est le successeur de la première machine construite par le constructeur François Thomson, le fameux TO7. Il est connu par le public comme étant la machine du plan "informatique pour tous" de 1985, initié par le premier ministre de l'époque, Laurent Fabius.

THOMSON TO8-D

Dernière machine de la marque THOMSON, le TO8-D reste un avatar du TO7 original, avec peu d'amélioration, sauf un floppy disk intégré.

OREGON SCIENTIFIC OSARIS

Précurseur du Netbook, ce type de PDA (Personal Digital Assistant) de taille très réduite ouvrait la voie à l'ultra mobilité !

PHILIPS VG 5000

Avec cette machine, Philips vise le bas de gamme : les machines d'initiation au basic. Cet ordinateur ne propose rien d'innovant ni d'exceptionnel.

ATARI ST 520 & 1024

Une machine innovante, des capacités graphiques évidentes. Un OS orienté graphique avec la souris, et surtout des capacités sonores avec la norme MIDI. Bref, Atari sort en 1985 une excellente machine.

APPLE iBOOK

L'iBook apparaît aux frontières à la fin des années 90, le 21 Juillet 1999. Ce n'est pas un ordinateur, mais un OVNI qui atterrit dans le marché de la micro informatique.

APPLE LC 475

Un autre exemple de la production d'Apple pendant la période où Apple avait choisi de se séparer de Steeve Jobs.

ACORN BBC

Incroyable destin que celui de cette machine sortie tout droit, ... d'une émission de télévision britannique !

APPLE PERFORMA 6200

Une machine typique de la période où Apple ne savait plus se différencier du monde du PC. Résultat, une machine qui ressemble comment deux gouttes d'eau à un PC classique, mais en plus cher. Aucun intérêt.

MANETTES DE JEU

Souvent, ceux qui ont commencé à s'intéresser à l'informatique ont d'abord commencé par les jeux vidéos. Et qui dit jeux vidéo, dit manettes de jeu ! Plusieurs exemplaires dans la collection, dont les premières pour les jeux de type PONG.

JEUX VIDEOS

Plusieurs jeux vidéos, donc un des premiers jeux datés de 1979, ainsi qu'un jeu VIDEO PAC.

MINITELS

La France a été précurseur dans le domaine de la télématique, avec les fameux Minitel que nous avions tous à la maison dès les années 80. J'en ai plusieurs modèles.

LE MONDE DES PC

L'époque des pionniers s'arrète selon moi à l'heure de l'arrivée du monde des PC, avec quelques exceptions pour Apple et les portables !

Please reload

Les expositions

 

 

Cette collection n'a d'intérêt que si elle est montrée et le moins que l'on puisse dire c'est que ces machines ne laissent pas indifférentes, petits et grands, jeunes ou seniors.  Retour sur deux expositions réalisées en 2013 et en 2015.

2013 - Bouygues Telecom

 

Quel meilleur endroit que le TECHNOPOLE de Bouygues Telecom, à MEUDON pour exposer l'histoire de la micro informatique ? Ce bâtiment ultra moderne abrite les équipes d'informations et d'experts Telecom de l'opérateur de téléphonie mobile. 

 

Le 21 mars 2013, le Technopole a donc ouvert ses portes à une exposition de Microstory. Une trentaine de machines ont été exposées, mais aussi des accessoires, des revues, des sélections de films, anciennes publications, reportages, documentaires. L'exposition a été l'occasion pour tous ces professionnels de découvrir ces machines anciennes, ou de les redécouvrir.

 

 

Pour certains, cet évènement a été l'occasion de se remémorer de grands moments devant une machine qu'ils avaient eu étant jeunes.

Une conférencière (Geneviève Charpin) est intervenue pour raconter les tous débuts de l'informatique : les bandes perforées, les commutateurs télécom mécaniques qui consommaient plus d'huiles que de courant (sic).

 

Cette journée a été une excellente occasion de partager les souvenirs des exploits de micro informatique des jeunes années, de découvrir les passions des uns et des autres souvent dès l'adolescence, et se prendre conscience collectivement des avancées fulgurantes de la micro informatique sur les trente dernières années.

2015 - Mairie de Cambrai

 

J'interviens à titre bénévole pour l'association http://www.cambrai-amitie.org qui fédère une vingtaine de clubs pour les personnes âgées de la région Cambrésienne, et qui compte un millier d'adhérents.

 

Avec l'association, et avec l'aide de la fondation d'entreprise Bouygues Telecom, j'avais monté en 2014/2015 un "club tablettes pour les séniors (cliquer ici) pour apprendre aux Seniors à maîtriser les tablettes électroniques (iPad).

 

A l'issue de cette epxérience d'un an, nous avons réalisé une exposition sur les 40 ans de Micro informatique, du ZX81 à la tablette iPad.